La combustion

L’efficacité d’un chauffage est souvent évaluée à la rapidité de la chaleur à se propager dans la pièce.  Elle ne considère pas cependant le confort ressenti.

L’idéal serait une combinaison de deux facteurs:

  • efficacité de combustion
  • transfert de chaleur modéré

Combustion et efficacité

Prenons un morceau de bois: 30%  de la chaleur est produite par le solide et 70% est contenue dans les gaz au moment du feu.  Si ces derniers ne sont pas complètement brûlés, ils s’échappent par la cheminée, produisant air pollué et créosote.

Pour obtenir une combustion complète des gaz, il faut atteindre une température d’au moins 1100 degrés F. et avoir une boîte à feu construite de façon à permettre cette combustion complète.Combustion des gaz

Un feu vif et ardent est nécessaire pour atteindre une haute température.  La boîte à feu doit être remplie de morceaux de bois de 4 à 5 pouces de diamètre.  Des grosses bûches brûleraient trop lentement.

L’air provenant d’une prise extérieure alimente la combustion.  Grâce aux dimensions internes et au plafond entonnoir en pente des parois internes, la chaleur est réfléchie dans le cœur du feu, élevant ainsi la température de combustion.

La flamme, les gaz non-brûlés et l’air se précipitent à travers un passage étroit dans la deuxième chambre de combustion; ils sont pressurisés, tournoient et se mélangent, permettant une deuxième combustion avec une température avoisinant 2000 degrés F.

Le FOYER DE MASSE possède ces caractéristiques. Aux tests, il a présenté des émissions aussi faibles que 0.3g/h de particules polluantes.

Un poêle ordinaire peut rejeter jusqu’à 30g/h de particules polluantes.