Espacer les feux dans le temps

Alors, comment régule-t-on la chaleur ambiante, avec un foyer de masse, si ce n’est pas en variant la grosseur des feux?

Par l’espacement entre les feux. Tout simplement.

Voici une situation typique d’une journée d’hiver. Nous avons déterminé, en famille, que nous souhaitons maintenir une température ambiante à 21°C. Le foyer est alors chaud, 24 heures sur 24. Nous décidons de faire un feu pendant le souper. Avant de se coucher, il fait alors 21°C dans la maison. Il n’y a aucun autre système de chauffage. Disons que nous sommes au mois de novembre, ou en mars.

Au lever, le lendemain matin, le thermomètre indique encore 21°C, huit heures plus tard. Normalement, on ne refera pas de feu aujourd’hui car, probablement, il ne fait pas assez froid dehors pour nécessiter un feu par jour. On verra demain matin si on en fait un, sinon, ce sera encore l’autre jour.

Une autre situation. Au lever, il fait 20 ou 19°C, soit un ou deux degrés de moins. Nous sommes probablement au mois de janvier ou février. Conclusion: on fera un feu aujourd’hui. Et là, nous avons le choix de le faire le matin ou le soir. Je suis trop pressé avant de partir au travail? Pas de problème, attendons ce soir. Le foyer est dimensionné pour accumuler et radier sa chaleur sur un horizon de 8 à 20 heures.

Une autre possibilité: quelqu’un reste à la maison aujourd’hui et souhaite cuisiner dans le four à cuisson du foyer. Un feu sera donc fait le matin.

Autrement dit, il se peut qu’à l’automne, les premiers feux soient espacés de quatre à cinq jours. Au fur et à mesure que l’hiver va avancer, les feux se rapprocheront progressivement à trois jours d’écart, puis deux, puis un. Il se peut que, certains jours de grand froid, deux feux par jour de bon bois soient nécessaires, selon la sorte de bois utilisée. En moyenne, cela revient à environ un feu par jour durant l’hiver, selon le type de bois.

Retour à l’article précédent