L’humidité du bois

Le premier facteur qui influence l’efficacité de votre foyer, donc le nombre de feux, est le taux d’humidité du bois.

Il n’existe pas de façon de brûler adéquatement du bois humide. Faire évaporer de l’eau dans un poêle est totalement contre-productif. L’efficacité chute et la pollution augmente dans la même proportion. Si le bois est vraiment mouillé, il y aura production de créosote et encrassement.

Il est généralement admis qu’un bois est sec à partir de 20% d’humidité. Tant mieux s’il en a moins. Mais il n’est pas nécessaire de posséder un appareil pour tester l’humidité du bois. Il existe plusieurs façons de savoir qu’un bois est sec.

Tout d’abord, le poids. Si vous avez un morceau de bois mou ou, pire, pourri, et qu’il est lourd, c’est qu’il est mouillé. Si c’est une essence de bois dur, là, c’est peut-être plus difficile à évaluer. Il faut passer au deuxième critère.

Le deuxième test est visuel: si les bouts sont craquelés, il est sec. Comme dans la photo suivante.

Le troisième test fait appel au toucher. Avec un peu de pratique, on arrivera aisément à sentir la différence entre un bois humide et un bois sec, juste en le prenant dans ses mains. Il faut avoir déjà touché aux deux.

Le quatrième critère consiste à regarder si le bois semble «bouillir» lorsqu’on le brûle. Le bois vraiment mouillé laisse s’échapper de l’eau à chaque bout des bûches quand le feu est intense. D’ailleurs, cela s’entend. Cette indication est une sonnette d’alarme. S’il ne bout pas, cela ne veut pas dire qu’il est vraiment sec mais, au moins, il l’est assez pour être brûlé.

Finalement, un feu de bois sec génère des flammes jaune clair et vives. Les peintres vont être surpris de ce que je vais dire, car c’est à l’inverse de ce que sont les couleurs dites chaudes et froides: plus les flammes tendent vers l’orange foncé ou le rouge, plus elles sont froides; plus elles tendent vers le jaune clair, presque le blanc, plus elles sont chaudes, signe que le bois est de qualité et sec.

Pour conclure, plus le bois est sec, meilleur est le rendement de chaque feu, plus grand est l’espacement entre chacun d’eux et moins de feux seront effectués durant l’hiver. Au bout du compte, moins de bois sera brûlé, et il le sera plus proprement.

Retour à l’article précédent